mostbetmostbet kz1 winlucky jet casino4rabet pakistanmostbet casinomostbet kz4rabet bdpinup login1winpin up azmosbet casinomosbet1winpin-up kzlucky jet1win4rabet loginpin upmostbet azpin upmosbet4a betmostbet india1win aviator1win online1win lucky jetlacky jetpin up casino1win casinopin up bettingparimatchмостбет кзmostbetslot 1winaviator1 win india1win sayti1win kz1win slotspin up casino indiapin upmostbet aviatorlucky jetmostbetaviator mostbet1win cassinolucky jet xparimatchpin up indiamostbet aviator login
aucun commentaire pour l'instant

Homélie du Dimanche 11 février 2024/ 6ème Dim Ord. B (Lv 13, 1-2.45-46; Ps 31 (32), 1-2, 5ab, 5c.11; 1 Co 10,31-33; 11,1; Mc 1,40-45)

Depuis 1992, l’Eglise universelle célèbre tous les 11 février, la fête de Notre-Dame de Lourdes, en associant à cette fête la Journée Mondiale des Malades. Celle-ci se décline aujourd’hui en un dimanche de la Santé, occasion de rappeler que l’accompagnement des personnes souffrantes est une priorité évangélique, mais aussi de sensibiliser chacun pour préserver le don de la santé.

Déclarer impure toute personne atteinte de maladies de peau, dont la lèpre était une véritable mise à l’écart de la vie aussi bien religieuse que sociale. L’impureté rendait inapte au culte et privait de tout contact avec le peuple saint tenu à préserver à tout prix sa pureté ; elle signifiait alors rupture de communion avec Dieu, étant perçu comme la sanction du péché par ses effets de défiguration et de contagion. Ainsi exclu de la communauté des vivants, le lépreux lui-même portait son propre deuil : des vêtements déchirés et les cheveux en désordre, il se couvrira le haut du visage jusqu’aux lèvres, et il criera : « impur ! impur ».

La première lecture nous renvoie aux diverses options et formes d’exclusions propres à notre temps. Nul n’ignore les maladies actuelles qui poussent à l’indifférence et au rejet, les discriminations dont souffrent certains membres de nos familles, de nos sociétés, même dans nos associations, dans nos maisons de formations, dans nos communautés religieuses et en paroisse, etc. Rejets et exclusions fruit de notre médisance, de nos critiques, de notre manque d’attention, de nos jugements arbitraires, de notre égo… ; autant de « lépreux de notre temps », déclare le pape François qui appelle à ouvrir nos cœurs et à les serrer dans nos bras, en prenant toutes les dispositions qui assurent leur réinsertion. C’est bien ce que fait Jésus dans l’évangile de ce jour en guérissant le lépreux pour lui rendre sa dignité d’homme, d’enfant de Dieu.

Saint Paul donne ici une leçon de comportement aux chrétiens de Corinthe en les invitant à ne mépriser aucun aspect de leur vie mais à agir pour la gloire de Dieu. Chacun de leurs gestes, mêmes les plus ordinaires peuvent être vécus avec Dieu et pour Dieu. Manger, boire ou toute autre action par exemple. Ce qui compte, c’est la liberté dans l’action. Nous sommes libres de prendre des initiatives, de manger ce que nous voulons, d’inventer le comportement de notre vie, mais une seule préoccupation doit nous guider dans nos choix, le souci des autres : ne pas être un obstacle pour eux.

Cela fait écho à ce que disait saint Paul par ailleurs « Tout m’est permis mais tout ne convient pas » (1Co 6,12). De nos jours, frères et sœurs, il y a des comportements qui sèment la zizanie et donc détruisent la communauté et conduisent au scandale. Pour nous aider, saint Paul se pose en modèle : imitez-moi comme j’imite le Christ. A première vue, on peut penser que Saint Paul est orgueilleux…Non mes frères et sœurs ! Ce n’est pas de l’orgueil mais ceci est un conseil de celui qui a déjà affronté les difficultés et qui sait s’adapter à tout le monde sans se renier, sans critiquer, sans haïr les autres…voilà le code de bonne conduite ordinaire du disciple du Christ dont nous sommes appelés à imiter.

Dans la première lecture, nous avons pu voir combien la lèpre était devenue symbole du péché grave qui dégrade l’homme et fait de lui un exclu. Bouleversé par la situation du lépreux, Jésus va bouleverser cette manière de voir.

Sans doute, le lépreux avait-il entendu parler des nombreuses guérisons que Jésus accomplissait. Il pensait que la force de vie qui émanait de lui l’emporterait sur la force de mort de la maladie qui menaçait sa personne. Il transgresse alors la loi de Moïse et s’approche de Jésus en tombant à genoux. A son tour Jésus viole la loi et touche le lépreux, dans un acte audacieux voire scandaleux.

Ainsi, en accédant à la demande du lépreux qui tombe à genoux et le supplie, Jésus instaure un nouvel ordre de rapport avec cette maladie et d’abord une nouvelle perception, ne prenant en compte que la foi du lépreux : « Si tu le veux tu peux me purifier ». Cet élan de foi a suffi pour que Jésus le guérisse. Désormais personne ne doit plus être déclaré impur et être exclu au nom de Dieu. Jusqu’à sa mort, Jésus luttera contre toutes exclusions. A chacun d’aller à Jésus avec humilité et confiance. Il nous guérira de nos lèpres et nous libérera de ce qui nous sépare de Dieu et des autres.

En parlant du sommet de la proximité de Dieu, Benoît dit ceci : « Nous contemplons le sommet de la proximité de Dieu avec la souffrance de l’homme en Jésus lui-même qui est la Parole incarnée. Il a souffert avec nous et il est mort. La proximité de Jésus à l’égard des personnes qui souffrent ne s’est pas interrompue : elle se prolonge dans le temps grâce à l’action de l’Esprit Saint dans la mission de l’Église, dans la Parole et dans les sacrements, dans les hommes de bonne volonté, dans les activités d’assistance que les communautés promeuvent dans la charité fraternelle, en dévoilant ainsi le vrai visage de Dieu et son amour ». ((Verbum Domini, du 30.9.2010, n°106).

L’Église est présente sur le terrain de l’accompagnement, au sein des aumôneries hospitalières avec ses équipes de bénévoles qui œuvrent aux côtés d’associations laïques où tant de personnes de bonne volonté s’engagent aussi. Encourager tous ces volontaires, qui partout dans le monde et dans les plus petits villages et les plus grands hôpitaux, dans la discrétion et la simplicité, se rendent présentes au jour le jour à l’autre, malade, seul, isolé, est l’une des dimensions du dimanche de la santé. Les inviter à approfondir leur engagement, à poursuivre leur formation, à donner du sens à ce service et à cette mission aussi.

« Si tu veux, tu peux me purifier. » Aide-moi à ne pas être obstacle pour les autres Seigneur :

  • De la lèpre de l’orgueil, purifie-moi Seigneur
  • De la lèpre de l’avarice, purifie-moi Seigneur,
  • De la lèpre de la jalousie, purifie-moi Seigneur,
  • De la lèpre de la colère, purifie-moi Seigneur,
  • De la lèpre de la luxure, purifie-moi Seigneur,
  • De la lèpre de la gourmandise, purifie-moi Seigneur,
  • De la lèpre de la paresse, purifie-moi Seigneur,
  • De la lèpre du pouvoir, purifie-moi Seigneur,
  • De la lèpre de la médisance, purifie-moi Seigneur,
  • De la lèpre de l’infidélité, délivre-moi Seigneur,
  • De la lèpre de la haine pour les autres, purifie-moi Seigneur,
  • De la lèpre de la pollution, de la manipulation génétique, du trafic de drogue, du trafic d’organe et des injustices économiques et sociales, purifie-nous Seigneur.

Que Notre Dame de Lourdes intercède pour le personnel soignant et qu’elle soit au chevet de nos frères et sœurs malades dans les hôpitaux ou seuls dans leurs maisons. Amen !

P. J. Simplice PASSI MASSAMBA, pss.

Poster un commentaire

error: Contenu protégé !!