1

Colloque des 160 ans d’évangélisation continue du Bénin et des 10 ans d’”Africae Munus”: Conférence inaugurale par Mgr Aristide GONSALLO

« Si par la mer nous sont venus le malheur et la mort, c’est également par la mer que nous est venue la Bonne Nouvelle. Quel humour ! Humour de Dieu ! » Humour de Dieu parce que le chemin de l’esclavage s’est mué en chemin du salut, chemin que les missionnaires ont emprunté, il y a exactement 160 ans. Humour de Dieu donc qui sait écrire droit sur des lignes courbes. Pertinente remarque du prélat. Oui, le Créateur, dans son dessein, est sorti pour semer. Il est sorti pour semer, et au Bénin, il y a 160 ans, il a semé et continue de semer largement et généreusement. Mystérieux Semeur qui se moque de l’infertilité ou non de la terre qu’il choisit comme lieu de semence. Mystérieux semeur ou plus exactement Mystique d’un Semeur qui fait confiance à la terre qui accueille sa semence. Mystique d’un semeur qui fait ainsi preuve de patience à son égard. Avec sa grâce, celle-ci porte du fruit. Telle est la merveille que nous contemplons, après 160 ans d’évangélisation entreprise par les hérauts missionnaires de la Société des Misions Africaines… Merveille qui se confirme par la pléthore de fils et filles béninois qui ont adhéré à la foi au Dieu de Jésus-Christ. Merveille parce que parmi eux, plusieurs ont même senti le besoin de consacrer leur vie à Dieu. Les preuves sont là aujourd’hui. Le Bénin a à son actif, de nombreux prélats et prêtres, témoins de l’Evangile, tous formés dans des Séminaires autochtones, hauts lieux d’ensemencement. Nous distinguons particulièrement le Grand Séminaire Saint-Gall, Séminaire choisi à dessein pour abriter ce Colloque. Au total, signe du printemps d’une Eglise qui sublime la potentielle infertilité du sol béninois. L’autre fruit non moins négligeable qu’il faut relever, est que l’Eglise au Bénin a fini par devenir le carrefour de l’Afrique chrétienne. C’est bien ce qu’il faut entrevoir à travers la signature de l’Exhortation apostolique Africae Munus par Benoît XVI à Ouidah, il y a 10 ans. Celui-ci, dans une dynamique prophétique, y voyait déjà le signe d’une Afrique capable de devenir « le poumon spirituel de l’humanité ». Voilà autant d’acquis sur lesquels ce colloque voudrait revenir. Loin d’en être un de plus, ce colloque devrait plutôt être un creuset de réflexions audacieuses et profondes, à même de nous faire sortir des sentiers battus, bref des réflexions capables d’insuffler, avec le concours de la grâce, un nouvel élan à l’Eglise au bénin. Tel est le vif souhait des Evêques dont Mgr Aristide GONSALLO s’est fait ici le porte-parole.

Saint-Gall, le 18/11/2021 à 9h 52.

Commentaire (1)

  1. Répondre
    Kamel says:

    Merci pour les informations. Vive l’Église du Bénin.

Poster un commentaire